Triage ferroviaire d’Hourcade : Le développement durable c’est le service public

Réagissant à l’annonce de la fermeture de la maintenance des wagons sur le site d’Hourcade avec la suppression de 33 postes de cheminots, les élus communistes de Villenave d’Ornon et de Bègles* ont proposé des motions dans leurs conseils municipaux, les 7 et 9 novembre, pour l’avenir et le développement du fret ferroviaire, du site d’Hourcade et de ses emplois.

Adoptées à l’unanimité des votants, les motions en conseil municipal sont d’abord des points d’appui pour les cheminots et leurs organisations syndicales qui résistent et veulent faire connaître les conséquences de cette fermeture sur la qualité de la maintenance des wagons et du site d’Hourcade. Plus largement, ils alertent sur le service public de transport de marchandises par le train, en baisse constante depuis l’ouverture à la concurrence en 2006 : « à peine 10 % des marchandises transportées » alors que « plus de 87% circulent par camions sur nos routes ». Une réalité qui va « à contresens des déclarations de la COP 21 ou encore des Assises de la mobilité » et « bien loin des déclarations vertueuses sur la nécessité de lutter contre le réchauffement climatique ».

Les élus dénoncent les choix des gouvernements successifs et des dirigeants du groupe SNCF « aussi enthousiastes à parler de fret que de développer en parallèle la filiale SNCF de transports routier Geodis ! » dit la motion de Villenave. Le projet porte « de fortes menaces pour l’avenir du site d’Hourcade**, notamment avec la filialisation/privatisation de l’intégralité du fret ferroviaire au sein d’une société anonyme ».
Ils estiment que « les conséquences sont devenues insupportables » sur le plan humain, environnemental et financier, soulignant que « c’est la collectivité, et au final le contribuable, qui a la charge des coûts (pollution, accidents, usure…) » engendrés par les murs de camions. Pour les communes, c’est « l’asphyxie des axes routiers » et « des problèmes de circulation quotidiens sur la rocade de Bordeaux ».

Conserver et améliorer le site d’Hourcade est donc « un enjeu essentiel pour faire du fret ferroviaire un outil majeur de transition écologique, mais également un outil économique et d’aménagement du territoire », « rôle qu’il joue depuis bientôt deux siècles ».
Le conseil municipal de Villenave d’Ornon demande à l’Etat d’engager « une vraie politique volontariste, visant à la construction des voies ferrées nécessaires au fonctionnement continu de l’activité de fret en France ».

Le conseil municipal de Bègles refuse « le recul pour notre société, le gâchis environnemental, industriel et économique que représente la casse des infrastructures ferroviaires publiques » et interpelle la responsabilité du gouvernement pour exiger « leur entretien, leur développement et leur modernisation, afin qu’elles puissent être à nouveau garantes, avec tous leurs agents, de transports propres, efficaces et sécurisés ».

Christine Texier

* Alain Michiels à Villenave d’Ornon et Christine Texier à Bègles
** 1 500 wagons par jour y étaient triés dans les années 2000 et bien plus dans les décennies précédentes, à peine une centaine aujourd’hui.