2 avril à Blanquefort : Projection des Triangles rouges à Buchenwald 

Le film Triangles rouges à Buchenwald est sorti l’an dernier. Il sera présenté le 2 avril aux Colonnes à Blanquefort grâce à l’AFMD 33 (1), soutenue par d’autres associations mémorielles (2).

C’est le constat de la disparition inéluctable des témoins qui a conduit l’Association Française Buchenwald-Dora et Kommandos à prendre l’initiative d’un documentaire qui rassemble de nombreux témoignages sur la résistance des Français dans le camp de Buchenwald. Les interviews des derniers survivants français de ce camp ont été réalisées de janvier 2014 et septembre 2016. C’est Dominique Durand (voir plus bas) qui en a assuré la nécessaire contextualisation. La réalisatrice Anice Clément a pu mener à bien ce projet grâce à une campagne de financement participatif.
Triangles rouges à Buchenwald est sorti l’an dernier. Il sera présenté le 2 avril aux Colonnes à Blanquefort grâce à l’AFMD 33 et le soutien d’autres associations mémorielles.
Cette projection se situe dans le droit fil du travail de mémoire engagé depuis longtemps à Blanquefort notamment au Lycée Jean Monnet. Cet établissement a accueilli à plusieurs reprises des témoignages de déportés, comme ceux de Guy Chataigné et Jo Durou, déportés à Sachsenhausen, et il participe toujours activement au Concours de la Résistance et de la Déportation où il a été souvent primé.
Ainsi, la séance du matin sera réservée aux lycéens accompagnés de leurs professeurs ; une autre projection tout public aura lieu en soirée. Débat et échanges suivront à chaque étape, animés par un intervenant particulièrement au fait de l’histoire du camp et de la Déportation : Dominique Durand.
Fils de Pierre Durand, déporté à Buchenwald et auteur d’ouvrages de référence (3), il a écrit lui aussi plusieurs livres et de nombreux articles sur le système concentrationnaire. Actuellement il préside le Comité international Buchenwald-Dora et kommandos après avoir été président de l’Association française Buchenwald-Dora et kommandos. Il a été aussi membre du bureau national des Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.
Le Serment de Buchenwald lu le 19 avril 1945 devant l’immense place d’appel où s’étaient rassemblés 21 000 survivants affirmait : « Notre idéal est la construction d’un monde nouveau dans la paix et la liberté ». En ces temps troublés, il est utile de rappeler qu’en nombre, des femmes, des hommes, des jeunes, personnes ordinaires ou plus connues, ont refusé de se soumettre à l’intolérable et qu’au milieu de la nuit de la déportation, elles et ils n’ont pas abdiqué leur part d’humanité. Au-delà de l’Histoire, ce film est aussi une leçon d’avenir.

Jean-Jacques Crespo

(1) AFMD 33 : délégation girondine des Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.
(2) Association pour la mémoire des Martyrs de l’aéronautique, Association du Souvenir des Fusillés de Souge, Section de Bègles de la FNDIRP.
(3) « La Résistance des Français à Buchenwald et à Dora » (1991), réédition (abrégée) du livre « Les Français à Buchenwald et à Dora », (Editions sociales 1977).