Bordeaux : Une école Anne-Sylvestre pour rêver bien haut

La chanteuse était à Bacalan vendredi 12 avril, pour inaugurer le nouveau nom de l’école Labarde. Une belle reconnaissance et de belles chansons à apprendre pour les enfants de ces quartiers populaires de Bordeaux.

Ils sont suffisamment rares les moments où la poésie s’empare d’une institution, pour qu’on s’y attarde un peu. Car c’est une poétesse qui vient de donner son nom à l’école Labarde, dans les quartiers Nord de Bordeaux. Une école de quartier très populaire, sur laquelle s’était plaquée « une difficile renommée », explique la directrice devant les élus et l’équipe pédagogique réunis. Pas question, assure-t-elle, de renier l’histoire de cette école où « les élèves faisaient l’expérience d’une vie dans une sorte de tour de Babel, chacun arrivant avec ses origines et ses bagages petits ou grands, rencontrait les autres dans un chaleureux bain multiculture ». Mais il fallait un nouvel élan…
L’équipe pédagogique a donc choisit la maman de la petite Josette et des Fabulettes pour écrire ce nouvel envol. Ce qui permit aux enfants du réseau RASED d’entonner la « maison pleine de fenêtres » et à toute l’école de fredonner le « Vol haut » d’un drôle d’oiseau qui apprend à voler « à l’école, Dessus le grand ormeau ».
« Il y a ici des enfants de toutes les couleurs et j’en suis ravie, sourit la chanteuse qui a donné presque 60 fois son nom à une école dans l’hexagone.  À travers les fabulettes et autres chansons, poursuit-elle, les enfants chantent aussi des valeurs de tolérance, d’amour et de respect des filles. Et quoi de mieux qu’une chanson pour les intégrer ? »
Présent en voisin, puisque directeur de l’école Charles-Martin, le communiste Vincent Maurin formulait le vœu que « puisse ce bref moment de chaleur émancipatrice ouvrir un chantier de fond posant les bases d’une véritable quête de mixité sociale et scolaire dans ce quartier nord de Bordeaux ». Pas tout à fait la ligne du nouveau maire de Bordeaux, aussi présent. Mais ce sont les chansons d’Anne Sylvestre que les enfants de Bacalan apprendront et dans ces chansons, on apprend à rêver et à « voler bien haut ».

V.B.