PCF : « Construisons une union populaire qui porte un nouvel espoir pour la France »

Déclaration du Conseil national du PCF, à Paris, le 16 juin 2019.

« Les élections européennes achevées, le président de la République prétend aggraver sa politique au service des ultrariches. Le droit à la retraite et celui des privés d’emplois à être correctement indemnisés sont dans son collimateur. La santé, le transport ferroviaire public, l’Éducation nationale font les frais de sa volonté de déréguler et privatiser. Il laisse s’opérer des plans de licenciements et autres opérations financières menaçant ce qu’il demeure de notre industrie, et il ne se préoccupe d’écologie que le temps des discours.
La colère est toujours aussi forte, l’espoir que cela change aussi. Il n’en est que plus grave que ce pouvoir arrogant veuille réorganiser la vie politique française autour de son face-à-face avec l’extrême droite. Ce jeu cynique installe le parti de la haine en alternative aux choix gouvernementaux, il fait courir un terrible danger à la République.
Jamais le pays n’a eu autant besoin d’une gauche de combat, qui reprenne l’initiative à M. Macron et empêche l’extrême droite de réaliser un hold-up sur l’exaspération populaire. Jamais notre peuple n’a été à ce point orphelin d’une perspective de transformation sociale, d’égalité et de fraternité, de démocratie et de restauration des équilibres écologiques détruits par un capitalisme avide.
Le Parti communiste français s’adresse donc aux hommes et aux femmes soucieux d’ouvrir un débouché à la hauteur de leurs aspirations et de leurs engagements, mais aussi à l’ensemble des forces de gauche et écologistes, aux organisations syndicales et au monde associatif, aux collectifs de citoyen·nes.
Ensemble, il nous appartient de nous rassembler, sans exclusives ni volonté hégémonique de quiconque, sur des contenus qui portent une volonté d’alternative s’attaquant au pouvoir du capital. De ne pas nous contenter de discussions de sommet, mais de mener des combats communs qui permettent de faire reculer les puissances d’argent et d’arracher des victoires. D’en appeler à l’implication de toutes et tous.
Nous pouvons ainsi, nous devons nous unir pour une autre réforme des retraites assurant justice et progrès pour chacun et chacune, gagner le référendum contre la privatisation d’Aéroports de Paris, mobiliser contre la vie chère et la hausse des tarifs de l’électricité, obtenir un vrai plan d’urgence pour nos services publics, faire de la reconquête industrielle une grande priorité nationale, agir pour l’augmentation des salaires et des pensions, faire avancer des mesures ambitieuses pour le climat, lutter pour la justice fiscale.
Nous pouvons, dans les communes et les quartiers, sur les lieux de travail et d’études, favoriser l’initiative populaire, permettre à chacune et chacun de prendre la parole et de peser, sur les choix de batailles à mener autant que sur les propositions à mettre en avant, afin que leurs exigences se trouvent prises en compte.
Les élections municipales seront également l’occasion de mettre en échec le pouvoir macronien, la droite et l’extrême droite dans le plus grand nombre de villes. Elles doivent assurer de larges majorités à des politiques de gauche novatrices.
Pour ce qui le concerne, le Parti communiste français met en débat ses dix propositions pour la France. C’est sa contribution à la libre discussion et à l’action qu’il nous faut désormais organiser partout. Pour faire émerger un projet partagé, il portera ses propositions dans les initiatives allant dans ce sens et engagera lui-même les démarches nationales pouvant favoriser le rassemblement.
Travaillons à l’union populaire qui pourra demain changer le destin de la France. »