S’engager pour un projet transformateur construit avec les citoyens

-Par Pierre Vignau, membre de l’exécutif du PCF 33-

Depuis le résultat des élections européennes, le sujet principal des médias est le faible score de la « droite traditionnelle » et ses conséquences pour demain.
Quelle belle offre de réflexion dans une France qui, majoritairement, rejette la politique d’Emmanuel Macron. Lui qui a vidé le PS et qui maintenant vide la droite pour assurer et assumer la politique des intérêts de la finance.
Quelle perspective, dans ces conditions, pour une majorité de citoyens mécontents mais en manque d’unité, de solidarité collective, et aussi peu représentés ?
Les problèmes des salariés, des artisans, des paysans ne sont-ils pas au fond, les mêmes dans tous les secteurs ? Gilets jaunes, SNCF, hôpitaux, services publics, retraités, culture, agriculture… La politique de Macron touche toute la société avec les mêmes conséquences pour tous !
L’augmentation du SMIC, des retraites, l’amélioration des services publics en général n’est-elle pas l’affaire de tous ? Comprendre, soutenir, s’engager pour des luttes communes pour un bien commun, ne doit-il pas être à l’ordre du jour ?
Le mouvement social ne doit-il pas se poser ces questions ?
Comment construire un rapport de force social qui s’appuie sur un relai politique pour éviter d’énièmes désillusions, le sentiment d’être toujours trompé nourrissant le « tous pourris » ?
Comment allons-nous régler ce qui a fait dire à Ian BROSSAT qu’il avait mal au bras à force de tendre la main ?
Il faudra aller bien au-delà des nouvelles bonnes intentions qui se manifestent ! Ne faisons pas croire aux gens que l’on va gravir une montagne de glace avec des baskets !
Tout ce qui sera délégataire ne réussira pas. Nous en faisons l’expérience depuis de nombreuses années. C’est donc vers un réel projet transformateur qu’il faut s’engager ; le faire avec détermination et constance en construisant ce projet avec les citoyens. Le système que nous connaissons ne partage pas. Pour le battre, le faire reculer, pas de fausse piste ou de raccourci immédiat. Il faut construire un rapport de force, des courants d’opinion, avec les citoyens.
Être contre la politique de Macron ne fait ni une perspective, ni un rassemblement pour imposer d’autres choix.
Il faut des propositions s’attaquant au pouvoir de l’argent portées par une majorité de citoyens.
Cet engagement, le PCF y contribue avec les forces dont il dispose. Elles doivent grandir pour être réellement utiles pour construire ce grand mouvement auquel aspire une majorité de notre peuple.