Au travail !

-Par Maryse Montangon, membre de l’exécutif départemental et national du PCF –

Casse sociale, casse de notre potentiel industriel, abandon du savoir-faire, des compétences des hommes et des femmes rythment sans rupture l’acte II du quinquennat. Bien au contraire, elles s’accélèrent et comme le dit Fabien Roussel : « les plans sociaux, les fermetures industrielles, les sauvetages partiels avec dégraissage et salariés laissés au bord du chemin, ne connaissent pas la crise ! »
Soumises aux logiques des marchés financiers, des filières entières de notre industrie sont menacées, pour le profit, contre la véritable création de richesses et la réponse au défi écologique. Général Electric, Ascoval, Arjowiggins, Whirpool, Renault… et dans notre région les Fonderies du Poitou dans la Vienne, Ford Blanquefort en Gironde, les Papeteries de Condat en Dordogne, autant de richesses qui ne vont plus irriguer les territoires, autant de millions d’euros d’aides publiques mobilisés en pure perte. Ce sont les capitaux étrangers, les fonds de pensions qui prennent le contrôle de nos fleurons industriels dans la recherche perpétuelle du profit maximum. À chaque fois, le gouvernement qui devrait tenir un rôle décisif, ne fait qu’accompagner la désindustrialisation de notre pays en laissant sur le carreau des centaines de femmes et d’hommes, les plongeant dans la précarité et dans un même temps en durcissant les nouvelles règles d’indemnisation des privés d’emploi, avec la réforme de l’assurance chômage. L’urgence aujourd’hui c’est de s’opposer au pillage de notre tissu industriel national par les grandes multinationales, de s’opposer à la privatisation d’ADP (aéroports de Paris), de la Française des jeux, de développer nos services publics.
Comme l’a pointé la conférence régionale du PCF qui s’est tenue le 22 juin à Trélissac : il est urgent de réinterroger notre aménagement du territoire en matière industrielle autour de filières porteuses d’emplois, garantissant la possibilité de produire au plus proche, à l’heure où les enjeux climatiques n’ont jamais été aussi importants.
En ce sens, le PCF va organiser dès cet été un tour de France du travail et des entreprises avec son secrétaire national Fabien Roussel et avec l’objectif de rencontrer le salariat dans sa diversité, le monde du travail tel qu’il est aujourd’hui. Ce tour de France doit nous permettre de débattre en direct avec tous les salarié·es, sans exclusive, et il devrait débuter pour tenir compte de l’actualité industrielle et sociale par Général Electric à Belfort.
Proposer de nouveaux critères de gestion, une nouvelle culture de valorisation des capacités humaines, de nouveaux droits pour les salarié·es, s’appuyer sur les compétences des femmes et des hommes, sur les atouts considérables des banques et de l’État, sur la nationalisation qu’on doit mettre en balance, opposer un contre-projet industriel, c’est l’objectif de ce tour de France alors : AU TRAVAIL !