Mérignac : communistes, écologistes et insoumis se mobilisent sur ADP

Ils ont profité du forum des associations pour s’installer en face, sur le parking de Pin Galant à Mérignac, avec un stand bien visible invitant à signer pour obtenir un référendum sur la privatisation des Aéroports de Paris (ADP). Forces militantes locales du PCF, de EELV et de FI ont regroupé leurs forces pour convaincre, une première sur cette campagne, plutôt bien reçue.

Samedi 7 septembre, en fin de matinée, militants verts, insoumis, écologistes et leurs élus locaux ont déjà enregistré une dizaine de signatures, diffusé pas mal d’informations et recueilli des encouragements : « bonne réussite ! », lancent plusieurs passants… Ils ont prévu de rester jusque 17h et reviennent ce samedi 14 septembre, mêmes horaires. Les communistes, cette fois, poursuivront la campagne dans les allées de la fête de l’Humanité où elle devrait trouver un nouveau souffle : on s’y est fixé l’objectif d’atteindre le million de signatures au dimanche soir !

« C’est la première fois que nous sommes regroupés pour animer cette campagne dans laquelle nos organisations et mouvements sont engagés, nous espérons que les autres nous rejoindront », explique Marie Duret-Pujol, co-responsable du groupe France insoumise de Mérignac. La militante veut gagner cette bataille contre la privatisation d’ADP pour « mettre un coup d’arrêt à la politique de Macron ». « Cette privatisation est un passage en force anti-démocratique. Des parlementaires de l’opposition, de droite comme de gauche, se sont unis pour déposer une proposition de loi et, par la voix légale, obtenir un référendum. La première étape est passée, maintenant c’est à nous de jouer ». « 2 % de Mérignacais ont voté, ce n’est pas assez, nous allons donc poursuivre les initiatives et bien expliquer que ce n’est pas une pétition comme une autre ».

Ces militantes rappellent que cette campagne, pour que les Français·es puissent avoir leur mot à dire sur la privatisation, a été engagée car cette dernière n’a de sens ni sur le plan stratégique (280 millions de passagers annuels, un service public qui réunit le contrôle des frontières, l’aviation civile, les douanes et la sûreté aérienne), ni sur le plan économique (173 millions d’euros de dividendes versés à l’État en 2018), ni sur le plan écologique (Si l’acquisition revenait à Vinci, celui-ci augmenterait le trafic de 500 avions par jour)… 

Sur le plan démocratique, le processus engagé est inédit comme le rappelle Claude Mellier, élue communiste : « le peuple peut se prononcer contre la privatisation. Depuis 1986, nous avons assisté à 1 500 privatisations totales ou partielles sans que jamais le peuple n’ait été consulté. Nous avons connu la privatisation des autoroutes, 10 ans après les profits ont augmenté de 20 % et les actionnaires ont touché 1,5 milliard de dividendes, à la clé : 6 000 emplois supprimés et l’augmentation des péages. Les privatisations, ce n’est jamais bon pour le peuple. (…) Saisissons-nous de cette procédure pour stopper la liquidation de notre patrimoine commun. »

« Il est important d’expliquer qu’il s’agit d’une action légale, amenée par des parlementaires », renchérit Sylvie Cassou-Schotte, adjointe au maire EELV. « Mérignac est une ville aéroportuaire, ce n’est pas étonnant que nous soyons les premiers ici à mener une action unitaire, nous pourrions être touchés par une privatisation de l’aéroport comme cela a été le cas à Toulouse. (…) ADP, c’est trois aéroports qui, ensemble, représentent, en superficie, le tiers de Paris. Il faut vraiment avoir conscience de ce que le gouvernement est en train de faire car ce n’est pas n’importe quel service public. Les États-Unis, qui mènent pourtant une politique très libérale, n’ont jamais privatisé un espace comme celui-là, compte-tenu des dangers que cela représente de laisser tout au privé. Il ne faut pas passer à côté de cette occasion de s’exprimer. Dire non à cette privatisation, c’est dire oui à une société juste, équilibrée, qui met le citoyen au cœur de l’économie et non l’argent ».

Alors militant·es et élu·es informent, les ordinateurs portables sont là pour montrer la démarche ou l’effectuer en direct, et espèrent que leur initiative fera boule de neige.

Christelle Danglot

Pour suivre la campagne locale sur Facebook : « Pour le référendum contre la privatisation d’ADP – Mérignac »