Un changement d’image ne suffit pas !

-Par Sophie Elorri, membre de l’exécutif du PCF 33 et du Conseil national-
Depuis plusieurs mois, messire Macron souhaite changer son image ! Du président des riches, il se veut être un président plus proche, plus à l’écoute, plus humble, plus modeste, plus humain. Mais cela ne prend pas ! Sa volonté réformatrice, toujours plus féroce, continue son chemin même si la macronie fait tout pour éviter de donner l’impression d’un passage en force.

Mais ne soyons pas dupes ! Si le gouvernement parle d’écoute, d’échange, de concertation et même de négociation, il s’agit d’une posture. Le problème n’est pas la méthode mais bien la politique injuste menée par ce gouvernement qui creuse les inégalités. L’impératif que s’est donné le gouvernement est de continuer à faire passer des réformes. Or ces dernières ne risquent pas de passer inaperçues. Le peuple est de plus en plus méfiant envers les politiques et Macron avec sa troupe y joue le premier rôle. 

La réforme des retraites voulue par la macronie commence à faire grincer des dents plusieurs professions. Après la RATP, les avocats, personnels navigants du transport aérien, médecins, infirmières ou kinésithérapeutes, l’ensemble du monde du travail se donne rendez vous le 24 septembre dans la rue car il est hors de question de se laisser avoir par cet énième coup bas. 

C’est avec le rassemblement du plus grand nombre que nous pouvons gagner. C’est l’un des signaux que les communistes ont lancé lors de la fête de l’Humanité le week-end dernier. Nous devons croire à un rassemblement pour une société plus juste rompant avec les logiques libérales. Et sur la réforme des retraites : perdre est inenvisageable ! Il en est de même pour notre campagne pour le référendum sur ADP. Des victoires sont possibles, pour cela chacun doit y être partie prenante. Nous devons solliciter le plus grand nombre : collègues, voisins, amis, militants associatifs, progressistes… tous ceux qui souffrent, veulent vivre décemment, ceux qui ne supportent plus les inégalités qui battent des records, dans ce pays. 

C’est en ce sens que les prochaines échéances électorales doivent s’envisager. Les egos de chacun doivent s’effacer face aux dangers que représentent la macronie et le Rassemblement national. Les discours nauséabonds parcourent la société petit à petit. Pour éviter que ces idées deviennent la norme, soyons combatifs. Les communistes seront toujours là pour les combattre mais ils ne doivent pas être seuls face à l’ennemi de classe.